Concombre

Descriptif :

Famille : Cucurbitacées
Nom scientifique : cucumis savitus – L
Hébreu : qissu’im
Septante : σικυας
Vulgate : cucumeres
Taille : peut atteindre plusieurs mètres de long sur treillis
Cycle : annuel
milieu de vie : champ ; jardin
Aire de répartition : cultivé en Inde, il y aurait au moins 3000 ans.
Utilisation : alimentaire ( c’est le fruit qui est consommé comme légume). On cultive actuellement des variétés sans pépins ne possédant pas de goût amer.

Le concombre dans la Bible :

La Bible parle à quatre reprises des concombres :
La première citation se situe dans le contexte de la sortie d’Egypte où le peuple qui, las de manger la manne, se souvient, avec nostalgie, de ce qu’il mangeait lorsqu’il était en Egypte ; « Nous nous rappelons le poisson que nous mangions pour rien en Égypte, les concombres, les pastèques, les poireaux, les oignons, l’ail! » (Nb 11,5)

Dans le second livre des Rois, à la période du prophète Elisée, il est fait allusion à des concombres sauvages que l’on ramassa alors que la famine sévissait. Mais le verset signale qu’ils ne savaient pas vraiment ce que c’était. Finalement, ce fut immangeable : « L’un d’eux sortit dans la campagne pour ramasser des herbes. Il trouva une vigne sauvage où il ramassa des concombres sauvages plein son vêtement. Il rentra et les coupa en morceaux dans la marmite de bouillon, car on ne savait pas ce que c’était. On servit à manger aux hommes. Mais dès qu’ils eurent goûté de ce bouillon, ils poussèrent des cris et dirent: «La mort est dans la marmite, homme de Dieu!» Et ils ne purent manger » (2 R 4, 39- 40). S’agissait-il de concombre ou de coloquinte ? Certains exégètes y ont vu un autre type de concombre que le cucumis savitus : le cucumis prophetarum qui « est un gracieux petit concombre, à peine gros comme une noix, singulièrement amer ».*

Une autre citation se trouve en Isaïe. Elle laisse entendre que les concombres étaient cultivés en Palestine. Le prophète va donc comparer le peuple à un abri dans un champ de concombres : « La fille de Sion va rester comme une cabane dans une vigne, comme un abri dans un champ de concombres, comme une ville sur ses gardes » (Is 1,8).

Enfin, dans le livre de Jérémie, les idoles sont comparées à des épouvantails dans un champ de concombres ! (Jr 10,5).

* E. Levesque, Dictionnaire de la Bible, Vigouroux, tome 2, 1ère partie, Letouzay et Ané, Paris, 1926, col.892.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s