Paysan mon frère

Midi au soleil.
En ce lundi de Pentecôte,
je suis parti pour une balade au gré du vent.
Et c’est là, au détour d’un chemin de terre,
que je t’ai soudain retrouvé,
paysan mon frère.

Toutes les semailles, le blé encore en herbe,
et l’orge balançant ses épis nouveau-nés.
Les petits pois, le maïs, le tournesol
et les betteraves qui levaient,
tout se mit à me parler de toi,
Jardinier de notre terre.

A ce bain de nature, le chant de l’alouette,
le bourdonnement des abeilles
et les caresses de la brise
ajoutaient musiques et parfums.
Au bord du chemin qui grimpait maintenant,
les pommiers en fleurs dans le verger abandonné
me disaient tout bas que, lrosque tu n’est plus là,
la nature bien vite reprend ses droits.

A ce rendez-vous inattendu,
j’ai aimé te retrouver, payson mon frère.
Ton chemin me rapelle tellement celui qui fut le mien !
Mais un jour, au carrefour de mon destin,
Son appel a été plus fort que le tien.
Ta rencontre aujourd’hui me ramène à mes racines
et me renvoie du même coup au pourquoi
de cet ailleurs que j’ai choisi.

N’était-ce pas pour te rappeler, paysan mon frère,
que l’homme ne vit pas seulement de pain ?
Et te dire qu’aux chemins de la terre,
C’est bien Lui le chemin !

Frère Claude Bocquillon (Frère Missionnaire des Campagnes)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s